Couches pas cher en gros
Les petits plats
9 février 2016
Ou acheter Pampers moins cher
La difficulté à fixer son attention
16 février 2016

Allergies et Intolérances

Couche pampers taille 6

L’allergie est une réaction spécifique liée à des anticorps particuliers (les immunoglobulines F ou IgE) qui se déploient contre ce qu’ils prennent pour un agresseur (l’allergène). Cette réaction (l’allergie) ne peut survenir que sur un terrain propice (l’atopie).

 

Les allergies se développent de plus en plus chez les enfants citadins. Effectivement, leur vie aseptisée n’entraîne plus leur organisme à reconnaître les véritables agresseurs que sont certains microbes et à y résister. De ce fait, nos bébés confondent les vrais et les faux assaillants, et leurs corps, trop protégés, se lancent dans des batailles inadéquates. Il est démontré que les enfants de la campagne, principalement ceux qui grandissent auprès des animaux (et en particulier des vaches), développent moins d’allergies, tant respiratoires que cutanées ou alimentaires.

 

  • L’APLV (Allergie aux Protéines du Lait de Vache)

L’allergie aux protéines du lait de vache est la plus précoce des allergies du bébé. Mais elle est moins fréquente qu’on ne l’imagine et s’estompe dans la deuxième année.

Ne vous laissez pas manipuler par des affirmations sans fondement qui mettraient réellement votre bébé en danger.

La meilleure façon de prévenir l’APLV est l’allaitement au sein.

 

Sous prétexte d’éviter l’APLV (Allergie aux Protéines du Lait de Vache), certains parents utilisent du lait de chèvre (totalement déséquilibré pour le bébé, il procure de multiples carences) ou d’autres produits, végétaux et nommés abusivement « laits ». On ne le dira jamais assez : il s’agit en réalité de jus de végétaux bien plus allergisants que le lait de vache et créateurs de carences potentiellement sévères. Ces végétaux peuvent être des céréales (soja, riz) ou, plus grave encore, des oléagineux (noix, noisettes, amandes, châtaignes). Ces fruits à coque très allergisants ne doivent jamais être introduits dans l’alimentation de l’enfant avant 3 ans chez les familles atopiques, avant 1 an chez les autres.

 

 

  • Que faire si on est soi-même allergique ?

Si le bébé est nourri au sein

Il faut absolument éviter de consommer des arachides et autres oléagineux (noisettes, noix de cajou, etc.) durant votre allaitement (comme vous l’avez fait pendant votre grossesse) et, autant que possible, faire de même avec les autres aliments très allergisants. Cela diminuera les risques que votre bébé se sensibilise à eux par votre intermédiaire au cours de sa vie fœtale et de ses premiers mois.

 

Si le bébé est nourri au biberon

Le pédiatre choisira un lait hypoallergénique (HA), dont le goût et l’odeur sont normaux, ou allergisant(hydrolysat de protéines) qui, malgré son odeur peu agréable, est généralement bien accepté par les bébés. Quant au gluten, composant du blé, il peut entraîner une maladie cœliaque lorsqu’il est introduit trop tôt. Pour éviter celle-ci, on se dispense des farines dans le biberon. Elles ne sont d’aucune utilité et n’ont que des effets dommageables. Si vous y teniez tout de même, choisissez une farine sans gluten. En cas d’allergie au gluten, celui-ci produit une abrasion de la muqueuse de l’intestin, ce qui entraîne une dénutrition progressive.

 

Dans tous les cas, il faut essayer de ne pas mettre un nouveau-né en contact avec ce qui risque d’être pour lui un allergène. Si les enfants de parents allergiques ont de grandes chances d’hériter de l’atopie, ils ont peu de risques de vivre dans un milieu fourmillant d’allergènes puisque leurs parents eux-mêmes s’en protègent.

Couche pampers taille 6 Active Baby c’est une solution astucieuse pour garder votre bébé bien au sec et prolonger les moments de bonheur que vous partagez ensemble.

Plus d’actualité:

Comments are closed.